Les red light districts de bangkok

neons a soi cowboy

Les “Red Light Districts” de Bangkok

Les Red Light Districts de Bangkok sont devenus l’un des plus grands acteurs mondiaux en matière de commerce du sexe

La plupart d’entre nous pensent à Amsterdam quand nous entendons “Red Light District”, mais la Thaïlande, et plus précisément Bangkok, est devenue l’un des plus grands acteurs mondiaux en matière de commerce du sexe. Ce pays a eu plus que sa part de mauvaise presse, et bien que la Thaïlande n’approuve en aucune façon le tourisme sexuel, il est difficile d’ignorer la présence de cette industrie dans la capitale.

Le tourisme sexuel qui accompagne les quartiers rouges de Bangkok est un phénomène quotidien qui fait tout simplement partie de la vie dans la capitale thaïlandaise. En fait, le tourisme sexuel fait partie de la vie en Thaïlande depuis l’époque du Siam, il y a plus de 500 ans.

Soi Cowboy aujourd'hui
Soi Cowboy

L’histoire de la prostitution en Thaïlande

Le royaume d’Ayutthaya a prospéré à travers le Siam de 1351 à 1767 et était à l’époque la plus grande plaque commerciale de l’Est. Sa réputation en tant que plaque tournante internationale a contribué à populariser très tôt le commerce du tourisme sexuel, car la prostitution était légale à l’époque. Il existait alors des maisons closes gérées par l’État.

Le développement de cette industrie a persisté pendant la guerre du Vietnam, lorsque la Thaïlande est devenue la destination de prédilection de nombreux soldats américains en permission, ce qui a favorisé l’essor des bars à go-go.

D’un autre côté, le bouddhisme thaïlandais, qui a longtemps prévalu, a également joué un rôle dans cette tendance. Une interprétation stricte de la doctrine bouddhiste place les femmes comme des contributeurs moindres à la société, et culturellement les enfants sont chargés de prendre soin de leurs parents vieillissants. Si cette stigmatisation s’est aujourd’hui atténuée, la pression exercée sur les femmes pour qu’elles atteignent une stabilité financière pour elles-mêmes ou pour leur famille a contribué à normaliser le secteur au fil du temps.

Puis, sous la pression des Nations unies, le gouvernement thaïlandais a officiellement déclaré la prostitution illégale en 1960, par le biais d’une politique remplacée plus tard par la loi sur la prévention et la répression de la prostitution de 1996. Cette loi reconnaissait l’illégalité de la prostitution, mais elle a surtout été rédigée dans le but précis de criminaliser la prostitution et le trafic d’enfants, et elle ne permettait qu’occasionnellement de contrôler le fonctionnement d’autres lieux et activités destinés aux “sexpats” et aux touristes.

Au 21eme siècle

Aujourd’hui, il n’y a aucune honte à visiter les quartiers rouges de Bangkok. Ils ne sont pas cachés dans l’ombre, dans l’espoir qu’un visiteur occasionnel y passe. Ces quartiers sont éclairés par des lumières vives, de la musique forte et des filles qui s’exhibent.

Les principaux quartiers de Bangkok sont Soi Cowboy, Nana Plaza, Patpong et Soi Twilight, tous adjacents les uns aux autres au centre de la ville. Les travailleurs sont généralement des femmes originaires des zones rurales du pays qui se sont installées en ville pour trouver du travail, mais avec une éducation limitée et l’absence d’autres qualifications requises dans la ville de plus en plus mondialisée, elles prennent donc le travail qu’elles peuvent obtenir.

Ces quartiers se vantent de posséder des établissements connus et souvent haut de gamme qui ne sont pas le produit d’un trafic illégal ou de travailleurs forcés. Leur grande visibilité publique réduit en effet considérablement une telle présence, ainsi que l’œil vigilant de l’État, lui-même désireux d’éviter les réactions internationales pour de telles violations éthiques.

Voici les 5 red districts de Bangkok

Nana

Le quartier rouge de Nana est le plus important en termes de nombre de prostituées thaïlandaises travaillant dans les gogo bars, les bars à bière et en free-lance. De nombreux ladyboys thaïlandais sont également présents à Nana.

Soi Cowboy

Le plus petit quartier sexuel de Bangkok. Pourtant, il regorge de nombreux bars de go go populaires, y compris mes préférés.

Patpong

Le deuxième plus grand quartier du sexe de Bangkok. Il y a un mélange de tous les bars à gogo de ladyboys et de bars avec de vraies femmes. Patpong est aussi un endroit de choix pour les bars et les clubs gays. C’est un quartier très touristique, mais la prostitution y est très répandue.

Phrom Phong

La majorité des salons de massage avec “happy end” et bien sûr les services complets se trouvent à Phrom Phong. A quelques pas de Soi Cowboy.

Huay Kwang

La principale concentration de salons de massage coquins de Bangkok se trouve à cet endroit, juste au nord de Sukhumvit. De nombreuses prostituées thaïlandaises, de vraies filles et des ladyboys, vivent dans le quartier de Huay Kwang et peuvent y travailler jour et nuit.

Et vous ? Vous en pensez quoi ?