L’évolution des femmes dans la société thaïlandaise

Il y a cinq décennies ou plus, une “femme” dans la culture thaïlandaise – comme dans la plupart des autres sociétés asiatiques – était chaste avant le mariage, puis une épouse dévouée, consciencieuse et loyale, et une mère attentionnée et nourricière. Au cours des dernières décennies, les femmes thaïlandaises instruites ont commencé à exercer une liberté nouvellement acquise pour élargir leur rôle, et se sont senties libres de poursuivre une carrière professionnelle, le tout en prenant conscience qu’elles pouvaient se protéger et subvenir à leurs propres besoins. Plus indépendantes, elles se sont senties moins obligées de s’en remettre à des figures d’autorité au sein et en dehors de la famille.

femme thaïlandaise

Même dans les bastions traditionnels du pouvoir bureaucratique, le ministère de l’intérieur et le ministère des affaires étrangères, la tendance à une participation accrue des femmes est évidente. La première femme thaïlandaise à avoir été nommée au rang de gouverneur n’a pris ses fonctions qu’en 1993. En 2019, il y en avait 20, et d’autres sont en cours de préparation.

Les femmes en Thaïlande : l’une des rares sociétés matrilinéaire dans le monde

La structure des sexes est différente dans chaque culture et chaque nation. Les hommes et les femmes ont des rôles sociaux et politiques respectifs. Par rapport aux femmes d’autres pays en développement, les femmes thaïlandaises sont généralement considérées comme ayant à la fois un statut relativement favorable et un degré élevé d’autonomie.

Les femmes d’Isan

Encore aujourd’hui, les femmes du nord-est de la Thaïlande vivent dans l’une des rares sociétés matrilinéaires du monde, ce qui leur offre davantage de possibilités de participation sociale. Au sein de la structure familiale, les filles sont généralement préférées aux fils. Les femmes bénéficient également d’un avantage en termes de droits de propriété, car chaque fille hérite d’une partie des terres de la famille, tandis que les fils héritent du capital mobile comme les buffles et le bétail.

Les femmes ont la liberté de choisir leur propre conjoint, et un homme doit lui être respectueux de sa future épouse et de sa famille. Un homme paie également une dot pour sa future épouse afin de compenser l’héritage qu’il reçoit par le mariage. Après le mariage, le couple s’installe chez les parents de l’épouse ; de cette façon, les mères et les filles peuvent maintenir une relation continue entre elles, renforçant ainsi la parenté matrilinéaire.

société thaïlandaise

Conditions et obligations culturelles

Dans la société thaïlandaise, il existe une notion très forte de bunkhun, “dette pratique et morale”, tant pour les fils que pour les filles. Mais les attentes des parents pour leurs filles sont beaucoup plus élevées que pour leurs fils.

Les fils et les filles remplissent généralement leurs devoirs avec des méthodes différentes. Par exemple, un fils peut obtenir des “mérites” de ses parents en rejoignant le monastère, mais une fille doit généralement accomplir le “bunkhun” par des moyens économiques. Dès leur plus jeune âge, les adolescentes se voient confier beaucoup plus de responsabilités, tandis que les garçons ont plus de liberté et moins de responsabilités.

Après le mariage, une femme doit continuer à subvenir aux besoins de ses parents et de ses frères et sœurs jusqu’à ce que le reste des enfants soient mariés. Dans de nombreux cas, les femmes doivent quitter le village et travailler en ville afin d’envoyer de l’argent à la maison.

Une évolution logique mais pas si facile

La Thaïlande, qui compte 65 millions d’habitants, est composée à 51 % de femmes, mais ce déséquilibre n’est pas suffisant pour expliquer la progression des femmes ces dernières années.

La réalité est que les filles dépassent les garçons en termes de résultats scolaires, tant dans les écoles secondaires que dans les examens d’entrée à l’université. Les sociologues ont souligné que dans la structure familiale traditionnelle thaïlandaise, les filles sont plus étroitement surveillées que les fils.

fille thaïlandaise

La marche constante de la Thaïlande vers l’autonomisation des femmes et l’élargissement des paramètres de ce qui définit une “bonne” femme n’a pas été sans résistance. Les hommes thaïlandais n’ont pas trouvé facile de renoncer aux privilèges traditionnels qui leur étaient accordés. La perspective d’un partage des devoirs et des responsabilités dans le mariage était décourageante, et a été encore compliquée par le fait que dans beaucoup de ces relations, la femme pourrait bien gagner plus que son compagnon. Cette réticence des hommes, et la réaction des femmes à celle-ci, se reflète dans l’augmentation constante, au cours des dernières décennies, des divorces et des séparations, ainsi que dans le nombre croissant de femmes non mariées et de mères célibataires.

femme thaïlandaise

Les pressions sociales et politiques ont conduit, au cours des deux dernières décennies, à la promulgation de lois protégeant les droits des femmes, qui n’étaient pas respectés il y a seulement une décennie ou plus. Par exemple, l’adultère d’un mari est désormais un motif de divorce pour sa femme ; le viol d’une femme par son mari est désormais un acte criminel ; le harcèlement sexuel est un délit pénal.

Le nombre d’organisations non gouvernementales engagées dans la promotion des droits des femmes n’a cessé d’augmenter et les organisations non gouvernementales se font de plus en plus entendre. On peut s’attendre à ce que les femmes qui occupent des postes de direction dans la bureaucratie les rejoignent, avec le soutien des médias et des universités.

Le principal frein à l’évolution des femmes en ThaïlandeLes hommes

Malheureusement, on ne peut guère attendre du parlement qu’il soutienne la poursuite de la progression des femmes dans la société thaïlandaise. En 1990, les femmes n’occupaient que 16% des sièges du parlement thaïlandais. Si leur nombre a augmenté depuis lors, en particulier pendant les périodes d’élection du gouvernement, la proportion de femmes occupant des sièges n’a jamais dépassé un cinquième. Au cours des trois dernières années, sous le régime militaire, il y a eu 40 femmes dans un parlement de 250 sièges nommés.

proportion des femmes thailandaises au parlement
Proportion des femmes au parlement depuis 10 ans

Néanmoins, les femmes thaïlandaises instruites contribuent au développement de la nation dans les secteurs privé et public, y compris dans les zones rurales. L’augmentation de la mobilité rurale est en grande partie due à l’amélioration des possibilités d’éducation offertes par l’expansion de l’enseignement secondaire public et la prolifération, au cours des dernières décennies, des universités et des instituts techniques provinciaux.

Un nombre croissant de femmes rurales aspirent désormais à faire partie de la classe moyenne urbaine de la capitale, où elles trouvent des emplois d’employées de banque, de secrétaires, d’infirmières, de techniciens hospitaliers, de guides touristiques, etc… Mais les femmes qui restent dans leurs villages ont également des rôles élargis, devenant maires et/ou hauts fonctionnaires dans les villages et les communes.

L’égalité des sexes commencent au parlement et dans les hautes sphères

Les femmes au parlement thaïlandais ont pendant longtemps, été comparé à des “plantes ornementales”, ou de simple “objets décoratifs”.

Ce qui est bien évidement faux, mais de telles comparaisons prouvent qu’il existe encore un solide plafond de verre dans la politique thaïlandaise dominée par des hommes, qui empêche les femmes de se hisser au sommet de la hiérarchie.

femme thaïlandaise
Pannikar Wanich

Pannikar Wanich, députée et porte-parole du Future Forward Party (FFP), avait appelé à l’égalité des sexes au Parlement. Au cours de ses deux premiers jours au Parlement, elle déclarait d’emblée aux journalistes qu’elle avait remarqué des comportements sexistes chez ses homologues masculins lorsqu’elle parlait.

Autrefois, les femmes parlementaires étaient traitées comme des sujets sans gravité par leurs homologues masculins, dont certains se moquaient même ouvertement de leurs apparences. Ces préjugés sexistes ont découragé les femmes d’occuper des postes de haut niveau au Parlement.

Egalement, lors d’une de ses premières apparitions au parlement, Mme Pannikar s’est levée et a demandé que le président de la Chambre permette aux hommes et aux femmes visant le poste de vice-président de la Chambre de pouvoir exposer leurs visions et garantir ainsi que le meilleur candidat sera choisi sur la base de ses compétences et de ses visions, et non de son sexe.

Son audace n’a pas reçu que des éloges. Certains députés masculins seniors et conservateurs ont parlé d’elle avec beaucoup de sarcasmes. Même un député du camp opposé, pro-militaire, l’a accusée d’être “impolie” à la Chambre.

femme thaïlandaise

Mais ce n’est pas tout. Un autre député a déclaré plus tard aux journalistes qu’il serait amusant de voir Mme Pannikar et ce député qui l’a critiqué, se battre et se gifler comme dans les séries thaïlandaises à l’eau de rose, qui dépeignent les femmes comme des personnages irrationnels et émotifs lorsqu’il s’agit de résoudre des problèmes.

Bien sûr, le plafond de verre est toujours là. Mais je pense que davantage de femmes occuperont des postes de haut niveau dans les entreprises dans les années à venir. Mais la société thaïlandaise dans son ensemble doit encore reconnaître l’égalité des sexes et, comme l’a dit Mme Pannikar, le changement doit commencer au Parlement.

“Le Parlement est un espace pour la démocratie. Le cœur de la démocratie est l’égalité entre les êtres humains. Cela doit commencer ici”

Pannikar Wanich

A lire également : Comment rencontrer des femmes thaïlandaises ?


page facebook kaomoon

One thought on “L’évolution des femmes dans la société thaïlandaise

  1. Faut pas oublier malgré tout que le précédent premier ministre, Yingluck Shinawatra, était une femme. En France, il n’y a eu qu’une seule femme qui a eu ce poste, Edith Cresson, c’était il y a bien longtemps et elle est restée en place moins d’un an…

Laisser un commentaire

MENU DE LA BOUTIQUE

Catégories