reserves d'elephants

Les éléphants en Thaïlande, où aller pour les voir heureux ?

Les éléphants d’Asie font face à un certain nombre de menaces inquiétantes en Thaïlande. Le développement humain et urbain a considérablement réduit la taille de leur habitat et pour aggraver les choses, les éléphants sont fréquemment exploités pour le travail et le tourisme.

Pourquoi est-ce qu’il ne faut pas faire de randonnées à dos d’éléphants ?

Le tourisme à dos d’éléphant est une grande source de revenus pour les familles en Asie du Sud-Est, mais il peut être difficile pour les touristes de dire si les animaux dans les camps, les sanctuaires et les refuges sont bien traités ou non.

Les éléphants sont dressés et protégés par des experts appelés mahouts, et les deux forment un lien très spécial qui dure toute la vie. Malheureusement, certaines entreprises profitent des éléphants et de leurs dresseurs, et c’est pourquoi il est important de pouvoir distinguer les endroits qui s’occupent vraiment des éléphants de ceux qui ne cherchent qu’à gagner de l’argent.

Comment sont-ils dressés ?

Dès leur plus jeune âge, les éléphanteaux sont torturés afin de les rendre dociles et briser leur esprit. Cette phase de torture s’appelle le Phajaan : ils sont attachés avec des chaines, frappés avec des pics, forcés de suivre leur mahout pendant des heures tout en étant privés de sommeil, de nourriture et d’eau.

Il faut savoir que le dos des pachydermes n’est pas fait pour supporter le poids d’une nacelle avec des touristes D’autant plus que ce ne sont pas un ou deux touristes par jour, mais des dizaines et à la fin de la journée, ils sont encore attachés avec des chaines. Pire qu’une vie de zoo

Si vous êtes en Thaïlande et que vous voulez voir quelques éléphants, voici une liste de sanctuaires d’éléphants totalement éthiques où vous pourrez vous créer des souvenirs avec des éléphants et soutenir leurs soins appropriés.

C’est une activité également très appréciée par les enfants.

Elephant Nature Park

Le parc naturel des éléphants est l’un des projets de conservation des éléphants les plus connus en Thaïlande. Il a été fondé en 1995 et est situé près de Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande. Plus de 35 éléphants y vivent en liberté, et beaucoup d’entre eux ont été sauvés des camps de torture qui exploitent les éléphants à des fins touristiques ou d’exploitation forestière. Le centre abrite également des chiens, des chats et d’autres animaux sauvés.

L’expérience la plus gratifiante est de voir l’interaction entre les éléphants, les bébés éléphanteaux s’amusants avec leurs trompes et les éléphants plus âgés s’occupant des membres aveugles et handicapés du troupeau.

Il existe plusieurs façons de visiter le parc naturel des éléphants, avec des séjours d’une journée ou plus. Des stages de bénévolat plus longs sont également disponibles à l’adresse ci-dessous :

Le site internet du Elephant Nature Park

The Surin Project

L’un des principaux problèmes liés à la maltraitance des éléphants en Thaïlande est que les dresseurs traditionnels – les cornacs – ont du mal à gagner leur vie et se sentent donc obligés de se tourner vers un tourisme non durable pour se procurer des revenus. Le projet Surin à Baan Tha Klang, dans le nord-est de la Thaïlande, s’efforce de réduire ce problème, en accueillant les cornacs et leurs éléphants.

Environ 200 cornacs et éléphants vivent dans le centre ; les cornacs ont un emploi et les éléphants sont libérés de leurs chaînes. Les bénévoles sont essentiels à la survie du projet et les postes sont disponibles pour une semaine ou plus, ce qui vous donne beaucoup de temps pour connaître la culture des cornacs et ce précieux travail.

Le site internet du Surin Project

Boon Lott’s Elephant Sanctuary

Lorsque la fondatrice du sanctuaire, Katherine Connor, a perdu la bataille pour sauver la vie d’un bébé éléphant spécial nommé Boon Lott, elle a continué son combat pour le bien-être des éléphants en fondant un sanctuaire à but non lucratif en son nom.  Situé à une heure de route de Sukhothai, le Boon Lott’s Elephant Sanctuary (BLES) est l’un des rares véritables sanctuaires pour éléphants en Thaïlande. Le BLES offre aux éléphants malades, blessés et maltraités une chance de guérir leurs blessures physiques et psychologiques afin qu’ils puissent vivre heureux dans leur environnement naturel.

Après une prise en charge personnelle au dépôt de bus local, à la gare ou à l’aéroport, vous serez accueillis dans la famille BLES composée de cornacs, de personnel, de chiens, de chats et de 16 éléphants. Avec seulement trois maisons d’hôtes pouvant accueillir deux personnes chacune, le Boon Lott’s Elephant Sanctuary est une petite affaire intime. Le nombre d’invités est intentionnellement maintenu à un niveau bas pour assurer la qualité de vie du petit troupeau d’éléphants.

La plupart des gens restent au BLES pour quelques nuits, passant leurs journées à promener les éléphants vers les pâturages, à les emmener se baigner dans la rivière ou à faire connaissance avec les cornacs du village. Ce paisible sanctuaire se trouve dans le nord de la Thaïlande, près de l’aéroport de Sukhothai, et les places se réservent rapidement – réservez bien à l’avance.

Le site internet du Boon Lott’s Elephant Sanctuary

Friends of the Asian Elephant Hospital

Friends of the Asian Elephant Hospital (FAE) est l’un des seuls hôpitaux pour éléphants dans le monde et constitue une expérience spéciale pour les éléphants en Thaïlande. Le centre se situe dans le nord-ouest de la Thaïlande et se consacre au traitement et à la réhabilitation des éléphants malades. Beaucoup d’entre eux auraient été laissés à la mort, car des installations comme celle-ci sont extrêmement rares.

Les visiteurs sont les bienvenus à l’hôpital, et ici vous pourrez apprendre comment ces professionnels prennent soin des éléphants blessés et traitent leurs blessures. Il n’y a pas autant de contacts avec les éléphants qu’à d’autres endroits, car ces éléphants sont vulnérables et en voie de rétablissement, mais c’est vraiment, je trouve, un concept intéressant.

Depuis son ouverture, des milliers d’éléphants malades et blessés ont été soignés ici avec des problèmes allant d’une mauvaise alimentation et de blessures par fusil de chasse ou par fil barbelé à des blessures plus graves causées par des mines terrestres provenant des zones frontalières birmanes. Le centre est maintenant devenu un leader mondial dans le traitement de ces gentils géants (bien que certains animaux souffrent de traumatismes suite à leurs blessures et ne sont malheureusement plus aussi doux).

L’une des plus célèbres détenues de l’hôpital est une femelle de 50 ans, Motala, qui a perdu un pied en Birmanie, dont le sort a attiré l’attention des médias mondiaux et dont le traitement a été partiellement financé par, pas moins, que la Fondation Brigitte Bardot.

Site internet du Friends of the Asian Elephant Hospital

Burm and Emily’s Elephant Sanctuary

Lieu de refuge pour les éléphants âgés, blessés ou à la retraite, le Burm and Emily’s Elephant Sanctuary (BEES) offre un refuge aux éléphants qui ont passé des années d’exploitation forestière ou de randonnée touristique. L’organisation est basée à quelques heures de route au sud de Chiang Mai, dans une vallée entourée de verdure et de belles montagnes – exactement le genre d’endroit où un éléphant devrait passer ses années d’or.

Les programmes de bénévolat de BEES se déroulent du lundi au dimanche. Les activités auxquelles vous pouvez vous attendre à participer ici comprennent le bain et le nourrissage des éléphants, leur promenade dans la forêt et l’apprentissage de leurs habitudes. Selon les besoins du sanctuaire, vous pouvez vous engager dans d’autres activités ici aussi, comme des cours de cuisine, l’adhésion à un club de tissage dans le village local, ou la plantation d’arbres et le travail de conservation.

Dans ce sanctuaire communautaire de retraite des éléphants et de sauvetage des petits animaux, les humains travaillent pour les éléphants (et non l’inverse). Seulement trois éléphants résident ici, ainsi que de nombreux chats et chiens sauvés et des animaux sauvages blessés, que le sanctuaire s’efforce de réhabiliter et de relâcher.

La plupart des visiteurs restent une semaine, mais des programmes plus courts avec des nuitées le lundi ou le jeudi ou des séquences de trois nuits (du lundi au jeudi ou du mardi au vendredi) sont également possibles. L’hébergement de style thaïlandais est rudimentaire, avec des chambres privées ou partagées contenant des matelas de sol, des moustiquaires et des ventilateurs. Les salles de bain sont toutes partagées, avec des toilettes occidentales. Les visites à la journée sont également possibles, mais les hôtes doivent se déplacer eux-mêmes.

Site interenet du Burm and Emily’s Elephant Sanctuary

Le changement est lent, et le progrès encore plus lent. J’espère qu’un mouvement, plus grand que mon humble article, dédié à mettre fin à la cruauté envers les animaux, pas seulement les éléphants, va déferler sur la Thaïlande et même sur le reste du monde. J’espère qu’un jour nous, les humains, pourrons arrêter de voir les animaux avec lesquels nous partageons cette terre comme un moyen de parvenir à une fin. J’espère qu’un jour nous pourrons vraiment accepter que cette planète n’est pas la nôtre et que les animaux sauvages d’ici ont le droit de vivre en paix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

MENU DE LA BOUTIQUE

Catégories